Vous vous trouvez dans: Accueil> liste des nouvelles> Le mois de mai, un mois de printemps et de fête imprimer envoyer à un ami

Le mois de mai, un mois de printemps et de fête

0 Commentaires

Le mois de mai est le roi du Printemps ; les températures augmentent sensiblement (sans encore arriver à l'été suffoquant) et les jours s'allongent, ce qui nous permet de profiter de quelques heures de soleil en plus. Nous avons un refrain populaire qui l'exprime très bien : « Mars venteux et avril pluvieux donnent un mois de mai fleuri et joli », et ce que nous avons connu au cours de cette année 2009 nous fait penser que nous respecterons le refrain à la lettre et tout semble indiquer que le mois de mai est, encore une fois, un des meilleurs mois pour visiter Madrid.
De plus, c'est un des mois les plus typiques, avec deux fêtes emblématiques :

LES FÊTES DU 2 MAI ET DE LA COMMUNAUTÉ DE MADRID

Revenons deux cents ans en arrière : Napoléon Bonaparte souhaitait unifier politiquement l'Europe autour des idéaux de la Révolution Française et de l'hégémonie politique, économique et militaire de la France ; après avoir détrôné tous les monarques absolus de l'Europe, Bonaparte établit une politique agressive d'implantation de nouveaux monarques français liés à sa famille, dans chaque pays. Uniquement la Grande Bretagne a résisté, ainsi que son allié le Portugal. Pour atteindre ce dernier pays, Bonaparte obligea l'Espagne à permettre l'entrée d'une armée française d’occupation, dans une tentative manifeste d'invasion dissimulée. Profitant de la situation critique de gouvernance en Espagne (Charles IV avait abdiqué en faveur de son fils Ferdinand VII), Napoléon décida de détrôner les Bourbons par la force, afin d'établir un monarque français dans le pays (son frère ainé, Joseph Bonaparte). En mars, le peuple madrilène descend dans les rues, en soutien à Ferdinand VII, constatant que leurs agissements populaires et violents pouvaient influencer les gouvernants alors terrorisés. La présence de plus de 20 000 soldats français dans Madrid, arrogants et provocateurs, échauffent les esprits et après plusieurs conspirations, le lundi Deux Mai 1808, les couches les plus populaires du Peuple de Madrid descendent dans les rues, devant le Palais Royal, afin d'empêcher le départ du dernier infant royal.
Le peuple, seul et sans armes, affronte les Français de façon sanglante. À deux heures de l'après-midi, l'émeute est réprimée dans le sang par plus de 20 000 soldats français. Durant le soulèvement, 410 madrilènes mourront exécutés par les pelotons impériaux et on comptera des centaines de blessés.
Six ans plus tard, et avec près d'un million de morts, l'Espagne, convertie en Nation soumise à la Constitution de 1812, remporte la guerre, en expulsant les Français de la Péninsule avec l'aide de ses alliés britanniques et portugais.

C'est ainsi que tous les 2 mai est commémoré ce soulèvement des madrilènes contre l'invasion napoléonienne. Ce sont les fêtes les plus importantes de la région et elles sont organisées en fêtes nocturnes, celles de Malasaña étant les plus animées. Les jardins de las Vistillas représentent un autre point de rencontre, avec des feux d'artifice (la nuit du 1 ou du 2) et la Plaza de Oriente, avec la traditionnelle retraite militaire durant l'après-midi. De plus, de nombreuses corridas de taureaux sont organisées (Foire de la Communauté) sur la Plaza de las Ventas. C'est à l'occasion de cette date que se tient le célèbre Festival de Jazz de San Juan Evangelista.

 Où ? : Plaza del 2 de Mayo, Las Vistillas, Madrid.
Station de métro la plus proche : Bilbao
Programme des activités sur : www.esmadrid.com

LE 15 MAI, FÊTES DE SAN ISIDRO

On dit que l'eau de Madrid est une des meilleures d'Espagne, mais il semblerait que l'eau qui sort de nos robinets diffère nettement de l'eau qui coulait de la source qui jaillissait de la terre, grâce à Isidro, un constructeur de puits originaire de Madrid qui, avec le temps, est devenu cultivateur et approvisionnait toute la ville en eau d'un seul coup de pioche.
Isidro le Cultivateur (Isidro Labrador) est le patron de Madrid et de nombreuses légendes circulent à son sujet, certaines ayant même été reprises dans les actes de Canonisation qui le convertirent en « Saint Isidro », en 1622. Certaines légendes racontent qu'il bénéficiait de l'aide inestimable des anges qui l'aidaient à labourer la terre plus rapidement, grâce à ses prières.
On raconte que San Isidro a vécu entre le XIe et le XIIe siècle, la date officielle de sa mort étant le 15 mai 1130. Comme San Isidro était originaire de Madrid, ce même jour, le 15 mai, des fêtes sont célébrées chaque année en son honneur.
Ce jour-là, il est traditionnel de visiter l'ermite du Saint, juste à côté de la Rivière Manzanares, pour boire de l'eau de la source de San Isidro, et de manger un cocido à l'air libre dans le Prado de San Isidro. De nombreuses personnes se rendent à ces événements, vêtues de chulapos et chulapas. Le folklore de ces jours de fête est à son apogée avec le chotis (danse populaire que l'on danse en couple : l'homme tourne en rond autour de la femme et la fait tourner sur elle-même, pieds joints), les barquilleros (marchands d'oublies) et la musique des joueurs d'orgue de Barbarie. C'est une formidable occasion pour s'arrêter dans les bistrots et les stands installés dans le quartier des Vistillas, dans le centre, où vous pourrez déguster les gourmandises typiques de ces fêtes : les gimblettes à l'anis (les rosquillas « tontas »), au citron (rosquillas « listas », et à la meringue (rosquillas de Santa Clara).
Durant ces jours-ci a lieu la célèbre Foire Taurine de San Isidro, sur la Plaza de Toros de las Ventas, une des fêtes de taureaux les plus reconnues au niveau international.

Où ? Les concerts, expositions et autres activités organisés à l'occasion de ces fêtes, du 12 au 14 mai, se déroulent sur plusieurs scènes du centre de Madrid (Plaza Mayor, Jardines Sabatini, le Retiro…). Consultez l'agenda sur : www.esmadrid.com

Déposez votre commentaire
Titre
Nom  
E-Mail    
Commentaires